In the picture

Focus sur Hong Kong!

Focus sur Hong Kong, ville contraste

Par Eve Barthélémy

Cela faisait plusieurs années que nous étions invités par le Hong Kong Trade Development Council (HKTDC) qui organise chaque année en mars, le Hong Kong International Jewellery Show. Cette date n’étant pas compatible avec le calendrier de sortie du Belgo Bijoux, c’est en avril que nous décidons de nous envoler pour cette ville si attirante et mystérieuse à la fois.

Premières impressions

Nous voici embarqués dans une des plus réputées compagnies aériennes, la Cathay Pacific. Les hôtesses sont de jolies asiatiques très serviables. Le vol de plus de onze heures va se passer sans aucun souci. Dès l’atterrissage, nous sommes frappés par la propreté et le nombre de boutiques de luxe installées dans l’aéroport. Organisation impeccable, tout est réglé au cordeau.

Arrivés à « Central », quartier historique sur l’îles de Hong Kong, au pied de tours de verre, nous découvrons des rues piétonnes animées par des marchés locaux d’un autre temps. Durant notre séjour, nous naviguerons entre l’ancien et le moderne, la tradition et l’innovation, le Yin et le Yang.

Aujourd’hui, les hongkongais sont principalement confrontés au manque de place et au coût des logements qui en dépend. Les bâtiments de plus en plus hauts se sont construits sur le flanc des montagnes pour loger une population grandissante.

Les salles de bains se réduisent à une douche au-dessus des toilettes et la cuisine se limite à un évier et une armoire pour y ranger un peu de vaisselle. Le reste des pièces sont petites mais fonctionnelles.

Au final, les hongkongais cuisinent peu et préfèrent manger à l’extérieur. Il y a des milliers de restaurants de toutes origines cantonaises, pékinoises, vietnamiennes, thaïlandaises, coréennes, japonaises et il est très facile de manger à l’extérieur pour pas cher. Peu importe l’heure, de 7 heures du matin à 23 heures, les rues grouillent de monde, n’importe quel jour de la semaine. La majorité des magasins ne ferment pas avant 21 heures car les employés de bureau travaillent tard…

Hong Kong, ville propice au commerce

Hong Kong, ancienne colonie britannique, est devenue depuis 1997 une Région Administrative Spéciale (RAS) de la Chine. Elle a gardé son statut de port franc, ce qui fait que les prix exempts de taxe ont toujours été propices au commerce et aux échanges internationaux.

Voici quelques points qui me paraissent importants :

– un pouvoir d’achat élevé

Selon le rapport du FMI datant d’octobre 2015, le classement par pays en matière de pouvoir d’achat donne le classement partiel suivant : Le GD du Luxembourg est en 2ème position, Hong Kong en 10ème, la Belgique en 25ème et la France en 27ème position.

– le secteur tertiaire au cœur de l’activité économique

Autrefois, Hong Kong s’était avant tout développée autour de son port commercial. Dans les années 1950, l’industrie et particulièrement le textile avait pris le dessus. C’est dans les années 1970, que les services se développèrent…

« Le secteur tertiaire, en particulier les services financiers, est le coeur de l’activité économique ; il contribue à 93% du PIB et emploie presque 80% de la population active. Hong Kong est un centre de services pour les entreprises asiatiques, notamment pour celles qui commercent avec la Chine. Selon les chiffres publiés par le Registre du Commerce, il y a plus de 900.000 sociétés enregistrées à Hong Kong…. »
(source :http://www.bmcetrade.co.ma/fr/observer-les-pays/hong-kong/contexte-politique?)

– des touristes de plus en plus nombreux

La ville surnommée le « supermarché de luxe » attire en priorité les touristes chinois qui y font leur shopping avant d’aller en Europe. Il faut dire que, même si les choses sont en train d’évoluer, très peu de chinois disposent d’un visa, 5 % seulement contre 50 % des américains par exemple.

– une consommation interne soutenue

Les milliers de commerces et restaurants vivent grâce à une population active au fort pouvoir d’achat (le taux de chômage tourne autour de 3,4 %) qui consomment mais pas n’importe comment !

La décision d’achat des consommateurs de Hong Kong est déterminée par le prix, la qualité, les spécificités techniques du produit et le service après-vente. Les marques sont choisies pour leur gage de sécurité.

Anglophones et ouverts à la culture occidentale, les hongkongais n’ont pas de préférence entre pour les produits nationaux. En termes de marketing, les marques vont choisir des égéries asiatiques autant que des célébrités occidentales.

Les hongkongais sont des consommateurs bien informés. Ils aiment les produits innovants qui sont en règle générale des produits coréens ou japonais. Les consommateurs se préoccupent de leur santé et de leur bien-être.

Des bijouteries et horlogeries de luxe à profusion !

Les hongkongais prennent soin d’eux et aiment les bijoux !

« La classe moyenne est importante (30% de la population) et la population très préoccupée par l’aspect extérieur. Les femmes aiment les bijoux précieux et 55 % des Hongkongaises possèdent un diamant. Les hommes ont un fort pouvoir d’achat et sont soucieux d’affirmer leur statut social. »
(extrait d’un document du Service du Commerce Extérieur (9/11/2010)

Impressionnant le nombre de boutiques de luxe !
Je n’ai jamais vu une telle concentration de magasins bijouteries-horlogeries, de boutiques Rolex, Piaget, Mikimoto, Cartier et j’en passe.
Sur le site officiel de Rolex, j’ai compté plus de 40 boutiques à Hong Kong sans compter Macau. Pour Longines, j’ai compté 15 boutiques propres et 30 bijoutiers-horlogers. Les plus grandes marques européennes sont présentes dans de beaucoup de centres commerciaux qui sont également très nombreux …

J’ai aussi été voir une des boutiques de la jeune marque belge Diamanti per Tutti (www.diamantipertutti.com), qui possède trois boutiques propres à Hong Kong, une à Pékin, une à Anvers et une à Gand. La marque est également revendue à travers des bijoutiers dans le monde entier.

Les chinois achètent essentiellement les marques européennes pour la notoriété, la qualité et le prix. Mais le vent est en train de tourner. Les marques chinoises et hongkongaises reprennent le dessus en proposant des articles de qualité supérieure à des bons prix.

La bijouterie hongkongaise, une histoire de plus de 70 ans

Les consommateurs hongkongais apprécient tout particulièrement les articles en jade et les bijoux en or 24 carats. Ces derniers sont considérés comme des actifs financiers pouvant faire partie d’une dot.

Les bijoux en jade et les articles en or au design asiatique sont essentiellement proposés par les bijouteries ou chaînes de bijouteries autochtones.

Le jade habituellement proposé est vert. Le prix de celui-ci varie en fonction de sa couleur. Plus le jade est d’un vert soutenu, plus il est cher. Il y a certainement d’autres critères de qualité que vous trouverez dans l’article de Sarah Boidart qui suit.

Il existe un marché du jade que je n’ai pas visité et qui, paraît-il est moins fiable. Ce serait plutôt un piège à touristes selon les rumeurs…

Voici trois marques de bijouterie les plus représentatives :

Emperor Watch & Jewellery

La chaîne Emperor Watch & Jewellery créé il y a 75 ans, a son flagship dans le très beau quartier « 1881 Heritage »  et dans la Canton Road, à côté des Piaget, Van Cleef & Arpels, Fendi, Mikimoto, etc…  La boutique est très luxueuse et l’offre en jade y est impressionnante !

www.emperorwatchjewellery.com

Chow Sang Sang

Le groupe Chow Sang Sang existe depuis 1934. Dès 1960, le groupe géré par trois frères décide de vendre dans ses bijouteries en plus de l’or, son activité initiale, du jade, des diamants et des perles. Aujourd’hui, les bijouteries sont à Hong Kong, Macao, Taiwan et en très grand nombre en Chine.

www.chowsangsang.com

Chow Tai Fook

Le groupe Chow Tai Fook, qui compte aujourd’hui près de 2500 magasins a ouvert sa première bijouterie à Macao en 1938 et à Hong Kong l’année suivante. En 1998, la première boutique Chow Tai Fook ouvre à Pékin.  En 2002, plus de 100 boutiques sont ouvertes en Chine continentale… L’expansion de la marque continue en Asie et en avril de cette année, l’enseigne a ouvert sa deuxième boutique aux Etats-Unis. La première à New York et la seconde à Hawaii.

http://www.chowtaifook.com/en/

Rencontre inattendue à Macau

Lors de notre visite dans la vieille ville de Macau (ancienne colonie portugaise, appartenant aujourd’hui à la Chine en tant que RAS) et toujours à l’affût des bijoux en jade, nous sommes tombés par hasard sur une boutique aux vitrines sortant de l’ordinaire. Loin des chaînes de bijouteries formatées, j’ai eu envie d’en savoir plus sur ce sculpteur de jade.

He Jianguo n’a pas encore cinquante ans et sculpte le jade depuis toujours. Il fabrique des bijoux et sculpte également des petits objets décoratifs comme des buffles d’eau. Il utilise du jade vert, mauve ou brun. Il est apparemment réputé car il nous a montré une vidéo où on lui remettait un prix. Le hasard a décidément bien fait les choses !

Petite anecdote. He Jainguo, ne parlant pas anglais, et nous pas le chinois, c’est « google translate vocale » installé sur nos smartphones qui nous a servi de traducteur simultané !
On n’arrête pas le progrès !

En conclusion

Pour certaines grandes maisons de luxe, Hong Kong a constitué pendant des années la zone géographique la plus rentable du monde « avec le chiffre d’affaires par mètre carré de boutique le plus haut », comme le souligne Erwan Rambourg, spécialiste du marché du luxe chez HSBC.

Hong Kong représente toujours 10 % des ventes mondiales du luxe mais souffre aujourd’hui de la concurrence de la Corée et du Japon…

Hong Kong est une ville fascinante en perpétuelle compétition 

 

 

Ce texte est disponible en: Néerlandais

Gérante et fondatrice du magazine Jewels & Watches Info, magazine professionnel édité pour la Belgique et le Grand Duché du Luxembourg